Le bilinguisme : un prisme a differentes facettes

Le bilinguisme tout le monde connait… Mais plus exactement de quoi parle-t-on?

1) Etre bilingue c’est
a. Maitriser deux langues dont une mieux que l’autre.
b. Le fait de pouvoir s'exprimer et penser sans difficulté dans deux langues à un degré de précision identique.
c. Appartenir à deux communautés et être imprégné des deux cultures.

a. Faux : il existe cependant plusieurs degrés d’expertise ;
- Le « vrai » bilinguisme : le bilingue est capable de parler chaque langue comme un locuteur natif. Dans ce cas on retrouve encore différents degrés de précision (il peut parler comme un natif très instruit ou peu scolarisé).
- Le semi-linguisme : le bilingue ne parle aucun des deux langues avec la même expertise qu’un locuteur natif.
- La diglossie : le sujet parle chacune des langues seulement dans un contexte spécifique.
b. Vrai
c. Vrai

2) L’âge d’acquisition des deux langues est un facteur déterminant, c’est pourquoi
a. Les deux langues doivent obligatoirement être acquises en même temps.
b. L’apprentissage d’une langue seconde après la mise en place de la langue maternelle est possible.
c. Plus la deuxième langue est acquise précocement, plus les performances dans cette langue seront comparables à celles d’un locuteur natif.

a. Faux
b. Vrai
c. Vrai : Ce phénomène s’explique principalement par la diminution de la capacité à différencier les phonèmes avec l’âge. Entre le huitième et le douzième mois, le cerveau du jeune enfant se spécifie et il ne distingue que les phonèmes utiles dans la ou les langues utilisées par son environnement.

3) Il existe plusieurs contextes d’acquisition
a. Il est nécessaire que chacun des parents ne s’en tienne qu’à une seule langue pour communiquer avec l’enfant.
b. Il n’est pas nécessaire qu’un parent parle toujours la même langue avec l’enfant.
c. Il existe d’autres stratégies pour favoriser le bilinguisme chez un enfant : un endroit, une langue (ex : une langue est parlée à la maison, et l’autre à la crèche ou à l’école) ou une activité, une langue (ex : une langue est parlée à l’heure du bain, une autre pendant le repas).

a. Faux : c’est préférable car c’est une façon simple de s’assurer que l’enfant est exposé suffisamment à chacune de ses langues, de façon à bien les maîtriser.
b. Vrai
c. Vrai

4) Le développement du langage chez un enfant bilingue
a. La recherche a montré que le bilinguisme entraîne des confusions et qu’il a un impact négatif sur le développement du langage.
b. Au cours des premières étapes de l’acquisition d’une langue seconde, les enfants qui entendent deux langues peuvent présenter certains décalages par rapport à ceux qui n’en parlent qu’une. Notamment l’acquisition du vocabulaire accuse parfois un léger retard : l’enfant a souvent moins de vocabulaire dans chacune de ses langues.
c. Les enfants bilingues ne sont pas globalement en retard dans tous les domaines de l’acquisition du langage par rapport aux unilingues. Les retards observés sont généralement faibles et ne durent pas longtemps.

a. Faux
b. Vrai : Cependant le stock de vocabulaire des deux langues est généralement plus étendu que le vocabulaire d’un enfant exposé à une seule langue.
c. Vrai

5) Le bilinguisme a un impact sur le développement de fonctions cognitives
a. Le bilinguisme peut avoir un impact négatif sur le développement intellectuel.
b. Le bilinguisme présente certains avantages dans le traitement des mots, des pensées, des représentations.
c. Les études ont aussi montré que les enfants bilingues obtenaient de moins bons résultats que les unilingues à plusieurs tests d’habileté cognitive, dont la flexibilité mentale.

a. Faux : il est donc préférable de favoriser bilinguisme à l’école que la perte de la langue parlée à la maison. Cela permet aux enfants de garder de solides liens avec leur culture et d’en développer avec la culture dominante.
b. Vrai : leur développement socio-cognitif est meilleur, « surtout pour ce qui est de comprendre les croyances des autres, de choisir les variables importantes pour résoudre un problème, et d’envisager deux interprétations possibles du même stimulus en même temps. »
c. Faux

Emilie Colas
Orthophoniste

emiliecolas@yahoo.fr

917-600-4109

Pour aller plus loin :
- Nicoladis E, Charbonnier M, Popescu A. (2006). Deuxième langue/bilinguisme chez les jeunes enfants et impacts sur le développement sociocognitif et socio-affectif précoce; In: Tremblay RE, Barr RG, Peters RDeV, eds. Encyclopédie sur le développement des jeunes enfants [sur Internet].
- Paradis, M. (1987). Bilinguisme. In Rondal, J.A. & Thibaut, J.P. Problèmes de psycholinguistique ; Bruxelles : Mardaga.
- Stein C. (2006). Acquisition de l’orthographe lexicale dans un contexte bilingue français-espagnol. Mémoire de licence en logopédie à l’université Libre de Bruxelles et université catholique de Louvain.
- Topouzkhanian, S. (2003). Du billetrisme au bilinguisme. Glossa n 84 (46-59)
Image issue de : http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSaBQwVkX0uLY-ITstUYJZdJLbf...

Dowload PDF of this article

ArtBilgNYIF231012.pdf

Photo Credit: Jonas Cuenin

Views: 711

Comment

You need to be a member of New York in French to add comments!

Join New York in French

Comment by Houaria on November 14, 2012 at 9:03am

merci, c'etait tres interessant et tres rassurant.

Comment by Alix Jouanneault on October 28, 2012 at 2:27pm

Merci Emilie. Oui, en gros comem c'est souvent le cas avec les enfants (c'est mon premier), il faut le guider de façon logique et cohérente. L'enfant s'occupe du reste ;-) Bon dimanche.

alix

Comment by Emilie Colas, orthophoniste on October 28, 2012 at 2:19pm

Bonjour Alix,


Sans rentrer dans les détails, si la langue seconde n’est plus pratiquée elle sera peu à peu oubliée. La perte dépendra de la durée de pratique de cette langue par votre enfant, de son niveau d’acquisition (oral / écrit) et bien entendu de sa fréquence d’utilisation. Pour vous répondre de façon pratique, si vous souhaitez maintenir la langue vivante il faut la nourrir. Un autre élément très important est le sens que vous donnez à cette langue et que vous transmettez à votre enfant. Proposer des activités dans la langue seconde est un très bon moyen de la développer ou de l’entretenir. Voici un lien vers un article au sujet de l’oubli d’une langue seconde : http://fr.wikipedia.org/wiki/Attrition_des_langues#L.27attrition_de...
Dans tous les cas il faut bien retenir que le bilinguisme n’est pas en soi un facteur de difficultés pour l’acquisition du langage, dans aucune des deux langues. Lorsque les enfants bilingues présentent des difficultés de langage on peut se dire qu’il est très probable qu’elles auraient existé en dehors du bilinguisme. Ce qui est le plus important pour votre enfant c’est qu’il puisse se repérer dans l’utilisation des deux langues (avec qui ? quand ? etc.), et si cela est clair pour vous cela le sera pour lui. 

J'espere avoir repondu a vos questions

Comment by Alix Jouanneault on October 26, 2012 at 2:54pm

Merci Emilie pour ces informations / précisions.

J'ai une question par rapport a l'âge et à la fréquence/durée d'exposition a une seconde langue :

=> y-a-t-il un âge avant lequel l'enfant oubliera totalement la seconde langue apprise (cas d'un retour en France par exemple) ? Ou alors cette "compétence" sera simplement "stockée" et reviendra lorsque l'enfant en aura besoin ou qu'il sera stimule ?

=> vous dites qu'il est possible de lier langue/activité. Est-ce que cela comprend  les activités telles que : musique, dessin, gymnastique par exemple, faites dans la seconde langue... le reste du temps l'enfant parlant sa langue première. Je m'interroge sur les difficultés possibles que rencontrera mon enfant le jour ou il sera scolarise a  l'âge de 4 voire 5 ans (secteur public américain) ?

 

Merci d'avance de me lire :-)

Join our Facebook Group

Save

Save

Save

The Bilingual Revolution (Special Discount)

Learn French with Frantastique

Save

“Parents Are Driving Bilingualism in the United States”

Save

Save

Apprenez l'anglais


Save

Save

Save

© 2017   Created by New York in French.   Powered by

Badges  |  Report an Issue  |  Terms of Service